FEPAC MALI (5ème édition)

D’une part historique, l’artisanat textile (égrenage traditionnel, filature, tissage, teinture) était un moyen de retrouvaille entre l’ancienne et la nouvelle génération. Un regroupement qui permettait d’impacter sur la cohésion sociale, des conseils matrimoniaux et le vivre ensemble.

Chaque couple marié s’habillait en cotonnade et la femme durant les deux semaines de sa noce. Dans les évènements malheureux, les femmes en veuvages s’habillaient en cotonnade avec une tenue en cotonnade durant 130 jours.

Une cérémonie rituelle était organisée aux jeunes qui devenait des jeunes adultes avait des tenues correspondantes et qui se portaient en groupe. Face à ces défis, plusieurs organisations féminines et jeunes se sont investies en (TPE, GIE, PME) afin de concourir sur les opportunités de ce secteur sur le plan national et international.

La production du coton et sa transformation textile est un historique d’expression culturelle car chaque ethnie du Mali était reconnue à travers sa tenue vestimentaire. Les jeunes et les femmes travaillaient ensemble dans les champs dans l’esprit collectif, de la cohésion et de la paix à la fin de la production champêtre. Une fête était organisée après chaque saison de production afin de féliciter les producteurs et reconnaitre ceux (femmes et hommes) qui ont pu faire plus des grandes superficies.

Ces moments de joie et de retrouvaille permettaient à chaque communauté de se retrouver et de partager des informations et conseils sur chaque expérience annuelle et des musiques et danses étaient à l’ordre des jours.

D’autres parts techniques, Suite aux objectifs de la CEDEAO qui a incité ses Etats membres d’avoir une production domestique du coton de l’ordre de 20 % pour une valeur ajoutée. Le coton couvre au Mali une superficie de 134.518 km2 soit 11 % du territoire national soit plus de 3500 villages cotonniers enregistrés par la CMDT. Vingt-quatre pourcent (24%) de la population malienne vit dans la zone cotonnière. Cette population présente un taux de croissance annuel moyen compris entre 3,1% et 4 %.

 

Les deux principales structures de la production du coton au Mali sont La Compagnie Malienne du Développement des textiles (CMDT) et l’Office de la Haute vallée du Niger (OHVN). La commercialisation est uniquement gérée par la CMDT.

Dans la production du coton au Mali, les intrants chimiques sont utilisés à 93% avec des conséquences importantes sur l’environnement. Face aux règles de gestions du coton biologique, les cotonculteurs sont de plus en plus demotivés à cultivés dans les zones.

Face aux contextes du changement climatiques et les enjeux du développement durable, le festival va mettre un accent une campagne de sensibilisation sur les dangers de l’utilisation des produits chimiques dans l’agriculture en collaboration avec les organismes en charge de questions. Des thématiques de conférence débat sera au cœur de ces enjeux. Ces travaux seront exécutés par une caravane de sensibilisation dans la zone CMDT-KITA).

Sur les recommandations de l’assise nationale sur le coton, la promotion et la valorisation de la chaine de valeur sont une priorité du gouvernement. Dans cette édition nous prévoyons d’organiser un forum d’investissement dans la filière coton avec la participation de 400 invités (investisseurs).

Résumé 

La production et la transformation du coton est une activité culturelle reconnue depuis des décennies. Ce secteur qui permettait de réunir les communautés dans la paix et dans la cohésion. Dans les évènements heureux ou malheureux, les tissages représentaient des expressions sociales et culturelles à travers le design mais aussi sur les teintures.

Ce secteur permettait de resserrer les liens entre les anciennes générations et les nouvelles et un espace d’échanges débats sur les problèmes de la communauté et les solutions.

Chaque fin de campagne, l’union des Coton culteurs organisait des fêtes pour féliciter et primait les meilleurs. Cette fête était l’occasion de faire le bilan de la campagne et faire des recommandations. Ces activités qui ont marqué notre société ont tendance à disparaitre. Le festival s’ambitionne de relancer ces histoires éducatives de notre société.

Chaque communauté symbolise un tissage et teinture local, une identité ethnique. Chaque évènement (heureux, malheureux, rituels) avait une tenue qui signifiait le sens et cette appartenance coutumière a permis de développer l’économie et la transformation locale artisanale afin de resserrer les liens entre les communautés

Après 4 éditions passées qui a su mobilisés cinquante personnes entre BAMAKO, KOUTIALA, FANA, KITA. La ville de KITA qui fait des excellents résultats en termes de production annuelle et qui s’ambitionne de créer des unités de transformation locales. Cette initiative vise de créer de l’emploi, réduire l’immigration clandestine et l’orpaillage traditionnelle. La ville est un modèle de vivre entre communauté différente et de confession différente (chrétiens, musulmans, athée).

FEPAC, est le festival panafricain de la cotonnade a pour mission l’employabilité des jeunes dans le secteur du coton. Une plateforme de rencontre pluridisciplinaire entre l’offre et la demande dans le secteur de l’agriculture et de l’artisanat. Il vise a organisé des foires pour les artisans locaux de KITA, et d’ailleurs enfin de promouvoir leur produit finis, qui aujourd’hui connait un essor remarquable dans le monde du stylisme.

Faire de la ville de KITA, une destination de l’éco-tourisme en mettant en valeurs les différents sites touristiques attrayants situé à 160km de Bamako. Avec une prévision des 10 000 participants, répartis sur 4 grands sites d’activités : la place publique, la maison des jeunes, les marchés de foire et le stade municipal de Kita, le FESTIVAL PANAFRICAIN DE LA COTONNADE (FEPAC) se veut un rendez-vous unique et innovant regroupant tous les acteurs culturels, les industriels et des investisseurs, afin de trouver des solutions adéquates permettant de créer plus d’emplois et réduire l’immigration irrégulière.

Date – Période – Lieu : du 23 au 23 Décembre 2021 à KITA.

Thème : la valorisation locale du coton au Mali, source d’emploi des jeunes, réduction de l’immigration irrégulière facteurs du développement durable.

Objectifs Généraux de l’activité

  • S’inscrire sur les enjeux de la production biologique et la réduction des intrants chimiques afin de mieux protéger la santé de la population.
  • Encourager la production du coton biologique dans la zone de Kita, en créant une chaine de transformation locale avec les organisations paysannes.
  • Relancer les activités de l’artisanat textile qui a tendance à disparaitre dans notre société et soutenir le vivre ensemble historique du secteur.
  • Promouvoir les expressions culturelles la paix et la cohésion sociale entre les communautés (découvertes des expressions design et teintures sur les tenues en cotonnade).
  • Contribuer à la promotion de la paix, la réconciliation nationale et l’intégration entre les communautés.
  • Augmenter la production et les revenus des producteurs et les artisans de la filière.
  • Promouvoir l’artisanat textile et relancer les métiers de tisserands et tailleurs sur le plan local.
  • Promouvoir les produits locaux des jeunes et des femmes qui travaillent sur la chaine.
  • Valoriser 100 artisans locaux en présentant les produits lors de la Foire et exposition et les rencontres d’affaires, d’échanges et de partenariat commercial entre les produits et technologies innovantes.
  • Formation de 30 jeunes sur l’entreprenariat agricole avec possibilité d’incubation et de suivis et mise en relation avec des partenaires.
  • Promouvoir des jeunes talents tailleurs et stylistes de la région de Kayes évoluant dans l’artisanat textile et des Mannequins locaux.
  • Valoriser la paix, et la cohésion sociale entre les communautés vivantes dans la zone et promouvoir les sites touristiques.
  1. Foire / Exposition 
  2. Conférences- Débats sur la culture biologique du coton.
  3. Campagne de sensibilisation sur les enjeux du développement durable;
  4. Formation sur l’entreprenariat Agricole ;
  5. défilé de mode en cotonnade
  6. concerts et concours de prestations musicales
  7. panel sur l’investissement et l’assurance agricole
  • Encourager la culture biologique du coton pour un meilleur développement durable
  • S’inscrire aux enjeux des Nations Unies pour le développement durable
  • Organisation des dialogues inter communautaires afin de trouver des solutions aux problèmes entre éleveurs et producteurs qui constituent l’une des causes des conflits.
  • Augmentation des revenus des producteurs et des espaces cultivables avec un impact sur l’agrobusiness
  • Promotion de la paix, la cohésion locale et l’unité à travers la filière coton.
  • Création d’espaces de retrouvailles et entre les différentes communautés, entre diverses générations.
  • Découverte par la nouvelle génération la valeur culturelle des tissus en cotonnade dans la société.
  • Des produits innovants ont été mis en place pour l’augmentation de la production à travers le volet foire agricole des intrants, un carrefour panafricain pour 50 jeunes cadres, entrepreneurs, investisseurs dans le secteur du coton.
  • Cent (100) artisans locaux présenteront des produits lors de la Foire et exposition et les rencontres d’affaires, d’échanges et de partenariat commercial entre les produits et technologies innovantes.
  • Formation de la première promotion de 30 jeunes entrepreneurs dans le secteur agricole.
  • Des jeunes talents tailleurs et stylistes de la région de Kita et d’autres villes évoluant dans l’artisanat textile auront une promotion.

Faire de Kita, une ville de promotion de l’investissement et de l’éco-tourisme.

Trouver la page officielle de FEAPC MALI sur facebook